El Bachir Mustapha dit partager les convictions de Salma sur l’autonomie

 

Un membre influent du secrétariat national du Polisario a fait un revirement à 90 degrés contre la position de Mohamed Abdelaziz et ses acolytes dans l’affaire du militant sahraoui Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud.
Ce dernier a été banni il y a deux ans des camps de Tindouf, pour avoir proclamé publiquement son soutien au plan d’autonomie que propose le Maroc pour le règlement définitif du conflit du Sahara Occidental.
Dans une lettre ouverte, El Bachir Mustapha Sayed, qui n'est autre que le frère d'El Ouali Mustapha Sayed, fondateur du Polisario, a apporté un témoignage inattendu et compromettant pour le Polisario, sur le cas de Mustapha Salma qui a été expatrié en Mauritanie.
El Bachir assure être en accord de principe avec les convictions de l’ancien dirigeant sahraoui, Mustapha Salma, respectant en lui sa grande conscience politique ainsi que sa grande connaissance de la situation des Sahraouis dans les camps de réfugiés et des arcanes de la direction du Polisario.
Ce sont, justement ces qualités, dit-il, qui ont fait de Mustapha Salma un homme à craindre et à combattre par les dirigeants du Polisario qui refusent son retour dans les camps, par crainte pour leur stabilité et leurs "plans".

Bachir Mustapha Sayed affirme également partager l’idée soutenue par Salma que le plan d’autonomie pourrait mettre fin aux peines des Sahraouis et leur offre l'occasion de renouer avec leurs proches. Par ses convictions, ajoute le dirigeant du Polisario, Mustapha Salma, issu d'une des grandes tribus sahraouies, sinon la plus grande, à savoir Rguibate Lebbeihate, voulait à travers cette démarche, sensibiliser les réfugiés des camps de Tindouf, les informer sur les détails du plan d'autonomie, pour qu’ils puissent en juger par eux-mêmes, loin de toutes les contraintes qui ne servent que les intérêts personnels des dirigeants du Front, désireux de manipuler les "destins" des Sahraouis. 
Tous les moyens ont été utilisés par le Polisario pour empêcher Salma de retourner dans les camps, assure El Bachir qui dit désapprouver de tels agissements. 
Les dirigeants du Polisario connaissent très bien la valeur de cet homme et sa compétence "destructive" pour leurs "plans", car comme l’explique El Bachir, Ould Sidi Mouloud pourrait, en effet, détruire leur "fausse gloire" et démasquer "l'histoire  erronée" du front Polisario. 
Ils craignent aussi la création par Mustapha Salma, d'un nouveau mouvement avec le soutien de sa tribu qui pourrait élargir ses alliances tribales pour revenir à la situation d’avant-Polisario, comme le souhaitent la plupart des Sahraouis.
Un tel revirement, ajoute El Bachir, donnerait la priorité de gouverner à la tribu "Lakhiam Lakbarat" et écarterait définitivement Mohammed Abdelaziz du cercle de commandement. 
Mais ce changement est inéluctable, affirme-t-il, il est seulement question de temps. Pour le moment, l’actuelle direction du Polisario rejette toute solution du conflit du Sahara puisque c’est grâce à ce statut quo que Mohamed Abdelaziz se maintient la tête du front et c’est la même raison qui l’incite à maintenir Mustapha Salma éloigné des camps.
Le frère du fondateur du Polisario n'a jamais approuvé la ligne politique prêchée par la Direction du mouvement séparatiste. A maintes occasions, El Bachir a clairement affiché son désaveu vis-à-vis de la hiérarchie actuelle du Polisario en la qualifiant de « corrompue » et sans projet politique.