USA: Le CPJ dénonce le traitement réservé à deux journalistes marocains assignés à résidence en Algérie

Washington- Le Comité pour la protection des journalistes, une organisation indépendante américaine, a dénoncé, vendredi, le traitement réservé à deux journalistes marocains à qui les autorités algériennes ont refusé l'autorisation de quitter leur hôtel à Tindouf.

"Lahcen Tigbadar et Mohamed Slimani de l'hebdomadaire marocain Assahrae al Ousbouiya avaient été assignés à résidence par la police algérienne dans un hôtel à Tindouf, où ils réalisaient un reportage sur les conditions de vie" des populations vivant dans les camps, s'indigne le CPJ.

Les deux journalistes marocains "ont été empêchés de faire leur travail, en dépit de l'obtention des accréditations de presse de la part des autorités algériennes", fait observer cette organisation américaine.

"Nous condamnons les restrictions auxquelles ont été assujettis nos collègues au moment où ils essayaient de faire leur travail", a déclaré Mohamed Abdel Dayem, coordinateur du CPJ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

L'Algérie, a-t-il insisté, "ne doit pas recourir à la détention comme moyen de rétention des informations sur le calvaire des populations des camps" de Tindouf.