Sahara: Les femmes et les enfants sont privés des droits les plus élémentaires dans les camps de Tindouf (ONG)

Genève - L'ONG, l'Union de l'Action Féminine (UAF) a dénoncé, mardi, devant le Conseil des droits de l'homme (CDH) la situation des femmes et des enfants dans les camps de Tindouf où ils sont privés des droits de l'homme les plus élémentaires.

Dans les camps de Tindouf, les femmes et les enfants sont privés des droits les plus fondamentaux, les femmes sont obligées de travailler au-delà de leurs capacités physiques et nombreuses d'entre elles ont été torturées et battues par les responsables du Polisario, a indiqué Mme Saadani Maoulainine, qui intervenait au nom de lUAF, au titre du point 8 relatif au "suivi et à l'application de la Déclaration et du programme d'action de Vienne", de l'ordre du jour de la 10ème session du CDH.

Elle a ajouté que d'autres femmes sont devenues veuves parce que leurs maris sont tués dans les prisons du Polisario et des enfants sont manipulés à des fins politiques et sont utilisés pour véhiculer une image de souffrance des enfants pour demander de l'aide humanitaire qui est détournée par les mêmes dirigeants du polisario.

Mme Maoualainine a souligné que la promotion et la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales doivent être considérées comme un objectif fondamental de la communauté internationale, conformément à ses objectifs et principes, y compris le droit des femmes à jouir d'une vie digne, sans aucune forme de discrimination ou d'abus.

Elle a enfin affirmé que l'autonomie proposée par le Maroc constitue l'unique solution au différend autour de la question du Sahara à même de garantir une vie digne aux Sahraouis et de leur garantir leurs pleins droits politiques.