Sahara: La France salue la nomination de M. Christopher Ross

Paris, 15/01/09- La France a salué la nomination de M. Christopher Ross en tant qu'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, en formulant son espoir que "cette nomination permettra aux parties d'aborder les prochaines étapes des négociations en faisant preuve de réalisme et d'esprit de compromis", conformément à la résolution 1813 du Conseil de sécurité "afin de permettre aux négociations d'entrer dans une phase plus substantielle".

La France salue la nomination par le Secrétaire général des Nations unies de Christopher Ross comme Envoyé personnel pour succéder à Peter Van Walsum, a déclaré jeudi le porte-parole du Quai d’Orsay, Eric Chevalier, formulant l’espoir que "cette nomination permettra aux parties d’aborder les prochaines étapes des négociations en faisant preuve de réalisme et d’esprit de compromis, comme le leur demande la résolution 1813 du Conseil de sécurité en date du 30 avril 2008, afin de permettre aux négociations d’entrer dans une phase plus substantielle".

"La France se joint au Secrétaire général des Nations unies pour remercier Peter Van Walsum pour son travail et pour sa contribution positive à la recherche d’un règlement de la question du Sahara occidental, notamment par l’organisation des quatre premières sessions de négociation de Manhasset", a-t-il ajouté.

M. Chevalier a en outre exprimé "l’appui ferme de la France à la mise en oeuvre des résolutions 1754 (2007), 1783 (2007) et 1813 (2008), adoptées à l’unanimité par le Conseil de sécurité qui avait appelé les parties à poursuivre des négociations directes de bonne foi et sans conditions préalables et s’était notamment félicité des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc en présentant son plan d’autonomie".

La France estime qu’un retour à la situation précédant l’adoption de la résolution 1754 du 30 avril 2007 serait de nature à mettre fin à la perspective d’un règlement de ce conflit et à faire perdurer une situation inacceptable pour les populations, notamment dans les camps de réfugiés, poursuit M. Chevalier.

La France réaffirme enfin "son soutien aux efforts déployés par le Secrétaire général des Nations unies afin de parvenir à une solution politique réaliste, durable et mutuellement acceptable par l’ensemble des parties, qui facilitera la construction d’un Maghreb uni, stable et intégré", conclut le porte-parole du Quai d’Orsay.