L’étau se resserre de plus en plus sur le Polisario. Après l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Peter Van Walsum, et le parti socialiste Espagnol au pouvoir dirigé par le chef du gouvernement José Louis Rodriguez Zapatero, c’est autour du parti populaire (PP), d’exprimer sa position face au conflit du Sahara en appelant de Front Polisario à être plus souple et à l’écoute de la proposition Marocaine relative à l’autonomie. La position du PP vient en réponse à Peter Van Walsum qui avait accusé la société civile Espagnole d’encourager la poussée radicale du Polisario.

Le porte-parole du Parti populaire Espagnol au sein de la commission des affaires étrangères, Gustavo De Arístegui, a déploré aujourd'hui "la radicalisation" du Front Polisario en soulignant que le conflit au Sahara commence à lasser la communauté internationale. A l’instar du diplomate néerlandais Peter Van Walsum, M. De Aristegui a déclaré que l'indépendance de cette région n'est pas possible et que la meilleure solution reste celle proposée par le Maroc. .

Dans ses déclarations à « Servimedia », De Arístegui a prié le Maroc et le Front Polisario de tempérer leurs exigences. Ce qui signifie, explique-t-il que les Marocains doivent renoncer à "transformer le Sahara en une province comme les autres pays" et que "le Polisario doit également renoncer à l'indépendance sans accord préalable avec le Maroc". Il a ajouté à cet égard "Ce que nous demandons, c'est une solution qui soit viable, qui ne soit pas une utopie et qui pourrait être acceptable pour les deux parties et qui entrerait (...) dans la légalité internationale". Le porte-parole du PP a également appelé à la recherche d'une solution stable, durable et pacifique à un "conflit qui pourrait lasser et fatiguer, non seulement les parties concernés mais également la communauté internationale. Ce qui sera préjudiciable à la stabilité de cette région de l'Afrique."

En réponse à Peter Walsum qui avait déclaré que le principe de l’autonomie est incompatible avec un référendum, M. De Aristeguí a précisé qu'un accord sur la création d'une large autonomie dans la région entre le Polisario et le Gouvernement marocain n'était pas incompatible, ni avec le concept de l'autodétermination, ni celui du référendum. Selon M. Arístegui, un concept qui se baserait sur l’autodétermination ne signifierait pas nécessairement l'indépendance de cette région. Il a enfin demandé à tous les partis de s’en tenir aux décisions Onusiennes pour le règlement de cette affaire.

Le changement de ton du PP espagnol vient emboîter le pas au parti socialiste au pouvoir et qui s’était dit favorable à la proposition Marocaine d’autonomie. Dans le même registre, le Conseil de sécurité ainsi que les grandes puissances mondiales, à commencer par les Etats-Unis et l'Union européenne, avaient réitéré leur soutien à Peter Walsum qui jusque là a démontré une réelle volonté de régler définitivement l’affaire du Sahara qui dure voilà plus de 30 ans.