Les techniques d’endoctrinement du Polisario mises à mal par les soupçons d’esclavage

Version imprimable Suggérer par mail

ImageAlors que se profile à l’horizon le quatrième round de négociations entre le Maroc et le Front Polisario à Manhasset (Banlieue de New York), plusieurs informations concordantes parvenues à endoctrinement.com font état d’une véritable fronde au sein des camps de Tindouf suite aux informations parues dans divers médias internationaux relatives aux pratiques d’esclavages tolérées par les membres dirigeants du mouvement révolutionnaire. Pour mémoire, ces pratiques d’esclavages ont été découvertes par deux journalistes d’extrême gauche, Violeta Ayala et Daniel Fallshaw, venus à l’origine à Tindouf pour filmer les conditions de vie dans les camps.  Parmi la ligne dure du Polisario, qui a été formée avec les notions marxistes d’égalitarisme et de dictature du prolétariat, le fait que des sahraouis soient encore esclaves, généralement à cause de la couleur de leur peau, pose un grave problème d’éthique, car contredisant l’ensemble des grands discours qui ont été dispensés pendant des années par les commissaires politiques. En réalité, l’émergence du dossier de l’esclavage au sein des camps de Tindouf est en train d’agir come un électrochoc, qui pourrait contribuer à faire prendre conscience aux sahraouis conditionnés par les techniques du Front Polisario, de leur situation réelle, et de leur dépendance psychologique au mouvement. Par bien des aspects, cette affaire n’est pas sans rappeler les nombreux scandales qui ont fait irruption au sein de certaines sectes,

les adeptes se rendant compte que le gourou enfreignait allègrement les préceptes qu’il enseignait. Faites ce que je dis…pas ce que je fais, telle semble être la devise du Front Polisario